Eva Joly se la fait mettre profond par Christian Vanneste - Par Michel Garroté



 

 
Michel Garroté  --  Le verdict est tombé : la pauvre Eva Joly a dépassé les limites autorisées de la liberté d'expression en assimilant l'excellent Christian Vanneste aux négationnistes et en le qualifiant, de façon injurieuse, d'aussi abject que les bourreaux. Ses propos démagogiques et déplacés ont été sanctionnés. En effet, Eva Keskelamagueul Joly a été condamnée, jeudi 11 décembre 2014, à 800 euros d'amende pour avoir diffamé Christian Vanneste. Le tribunal correctionnel de Paris a - en outre - condamné Eva Joly à verser à Christian Vanneste un euro de dommages et intérêts et 1.500 euros pour les frais de justice.

Dans une vidéo diffusée sur internet le 10 février 2012, Christian Vanneste avait évoqué « la fameuse légende de la déportation des homosexuels », propos qui avaient provoqué un tollé. Alors candidate au premier tour de l'élection présidentielle, Eva Joly avait réagi dans un communiqué mis en ligne sur le site d'Europe Ecologie-Les Verts (EELV), lui reprochant d'avoir fait référence à des « propos négationnistes ».

« Sur la réalité et l'ampleur de la déportation des homosexuels, question reconnue comme spécialement complexe et délicate, les parties se prévalent de certains documents identiques dont il ressort notamment qu'il y aurait eu un nombre extrêmement limité de Français arrêtés sur le territoire français et déportés pour le seul motif de leur homosexualité », souligne le tribunal.

Si Christian Vanneste a « minimisé et relativisé la gravité de la déportation des homosexuels, en des termes qui ont pu particulièrement choquer et blesser, le bénéfice de la bonne foi ne peut cependant pas être accordé » à Eva Joly, « qui a en l'occurrence dépassé les limites autorisées de la liberté d'expression en assimilant Christian Vanneste aux négationnistes et en le qualifiant, de façon injurieuse, d'aussi abject que les bourreaux ».

Reproduction autorisée avec mention :

  

Commentaires