Le M’bala M’bala antisémite de Dieudonné - Par Michel Garroté



 

 
Michel Garroté  --  Dans une vidéo mise en ligne sur Youtube fin octobre 2014 et intitulée « BHL fait un four », l’humoriste Dieudonné M’bala M’bala s’en prend à une sélection de personnalités juives de France (extraits adaptés ; voir lien vers source en bas de page). Notons que la vidéo démarre avec la défense d’un agriculteur français s’étant « fait voler toutes ses terres », ce qui suscite d’emblée de la sympathie pour le propos de l’humoriste et la victime dont il est question. Toutefois, Dieudonné passe rapidement au sujet de personnalités juives qui seraient détestées des « Français » et qu’il invite à partir pour Israël (Bernard-Henri Lévy), ou qui auraient « accès à tout » (Eric Zemmour) ou encore qui se placeraient au-dessus des juges et des lois (Roger Cukierman). Dieudonné est filmé assis derrière son bureau, sur lequel sont posés des symboles de son univers antisémite, notamment des statuettes d’ananas, rappelant sa chanson « Shoananas », qui tourne en dérision l’Holocauste.

Dieudonné déclare à propos de Zemmour : « Contrairement au livre de Zemmour, il (le livre Interdit de rire) a été refusé. Zemmour il a accès à tout, c’est ça qui est louche par rapport à ce qu’il raconte. T’as envie d’être d’accord avec lui, mis à part ses conclusions. Il aime pas les Arabes, il aime pas les musulmans… mais un musulman qui n’aime pas les juifs par contre, je suis pas sûr qu’il ait autant de publicité. C’est la question que je me pose. Zemmour, qu’est-ce que t’en penses ? Parce qu’il y a des trucs bien que tu dis… Pétain, tout ça. Tu m’as fait découvrir Pétain. Je savais pas – et c’est vrai – que c’est intéressant. Tu l’expliques bien ; tu expliques comment… C’est vrai que finalement on a peut-être perdu au change. C’est les conclusions de Zemmour ».

Par ailleurs, il paraîtrait que Dieudonné espèrerait soi-disant enterrer la hache de guerre. Dans une lettre adressée à Bernard Cazeneuve, ses avocats, Me Sanjay Mirabeau et Me David Stefano, sollicitent le ministre de l'Intérieur pour organiser une rencontre entre leur client et les représentants de la communauté juive de France (extraits adaptés ; voir lien vers source en bas de page). « Fatigué » de la guerre médiatique et judiciaire qui l'oppose depuis plus de dix ans à certaines associations de lutte contre le racisme, le comédien-polémiste est prêt à aller "au-delà du respect de la règle de droit" pour que la situation actuelle cesse. Dieudonné propose de faire la paix.

À lire cette lettre, Dieudonné serait soi-disant un simple artiste de variétés victime d'attaques injustifiées. Ses avocats assurent d'ailleurs que de nombreuses plaintes déposées en retour par le comédien ont "conduit à la mise en examen de personnalités éminentes du monde institutionnel, associatif et médiatique français." Mais personne ne sait de qui il s'agit. "Dans cette affaire, il y a eu trop de dégâts et de blessures. Trop de blessures pour une communauté. Trop de dégâts pour un humoriste, qui a perdu des amitiés, surtout une dont personne n'ignore qu'elle était et demeure précieuse", poursuivent Me Sanjay Mirabeau et Me David Stefano.

Reste qu'il y a matière à s'interroger sur la sincérité de Dieudonné. Fin décembre, le comédien entamera une tournée à travers la France pour jouer son nouveau spectacle La Bête immonde. Ce one-man-show, bien que n'ayant été frappé d'aucune mesure d'interdiction, a pour cible récurrente la communauté juive. Un an après l'interdiction du Mur, Dieudonné ne peut pas se permettre de revivre un nouvel épisode judiciaire qui l'obligerait à déserter les planches. Et ce, d'autant que plus que le Crif (le conseil représentatif des institutions juives de France) s'étonne dans une lettre ouverte datée du 9 décembre que "de nombreuses salles de spectacles aient choisies d'offrir une tribune (à Dieudonné) pour déverser, sur un public instrumentalisé, sa haine des Juifs et de ceux qui osent le critiquer".

Autre détail troublant, cette lettre tombe à pic après que le gouvernement ait annoncé son intention de faire de la lutte contre l'antisémitisme une cause nationale. Est-ce aussi utile de rappeler que le comédien est au coeur de nombreuses procédures judiciaires ? À titre d'exemple, en septembre dernier, il était visé par une nouvelle enquête pour apologie d'actes terroristes. Très en verve, Dieudonné s'était amusé de la mort de James Foley, un journaliste américain exécuté par l'organisation de l'État islamique.

Encore plus accablant, début décembre, Libération publiait les témoignages de certains de ses anciens gardes du corps. "Des fois, je restais jusqu'à 4 heures du matin pour fermer. Dieudonné et Soral restaient tous les deux à parler : ils racontaient que des conneries sur les juifs. En réalité, ils n'en ont pas grand-chose à foutre de la Palestine, de la cause noire, des inégalités sociales. Ce qu'ils veulent, c'est faire prospérer leurs petites PME personnelles", confiait l'un d'eux. C'est justement avec son ami Alain Soral, écrivain d'extrême-droite et fondateur du mouvement Égalité et Réconciliation, que Dieudonné s'est allié pour créer Réconciliation Nationale, un parti politique présenté comme "non-gangréné par le système", comprendre par "le sionisme". Dans la vidéo de présentation, rendue public le 11 novembre, Dieudonné ne semblait pas encore prêt à faire ses excuses. À la même période, dans une autre vidéo, il défendait son ami Robert Faurisson, un historien négationniste.

Et en Suisse ? Dieudonné va se produire à Fontainemelon, dans la Val-de-Ruz. Dieudonné, fontaine, melon et ruz, de quoi susciter des jeux de mots un brin coquin. Par curiosité, par intérêt ou par vérification, les spectacles de Dieudonné affichent complet. Et Fontainemelon (c’est donc en Suisse francophone dite Suisse romande) ne fait pas exception (extraits adaptés ; voir lien vers source en bas de page). « La bête immonde », qui sera jouée le 27 janvier à la salle de spectacle, divise cependant la population. Deux professeurs, Daniel Balmer, de Valangin, et John Vuillaume, de Neuchâtel, regrettent que la commune de Val-de-Ruz ait accepté de programmer l'humoriste français, d’autant que la salle de spectacle se trouve dans le même bâtiment que l’école primaire. Ils sollicitent les autorités vaudruziennes afin qu'un soutien pédagogique soit entrepris auprès des écoliers. "Il faut profiter de cette erreur pour faire quelque chose. On ne peut pas cautionner une personne qui tient de tels propos négationnistes et révisionnistes", relève John Vuillaume, professeur d'histoire-géographie au Lycée Jean-Piaget, à Neuchâtel.

Bien qu’il soit à la retraite, le Valanginois Daniel Balmer n'a pas oublié ses 32 années d'enseignement. "J'ai toujours sensibilisé mes élèves à la Seconde Guerre mondiale et à la Shoah. Je trouve scandaleux qu'on fasse venir un type comme ça!" Les deux profs ont-ils déjà vu Dieudonné M'bala M'bala lors d’une représentation ? "J'aurais voulu aller le voir en 2006 quand il était venu à Fontainemelon, mais je n'avais pas osé", avoue Daniel Balmer. "J'avais peur d'être catalogué "nazillon"." Selon John Vuillaume, qui n'a non plus jamais assisté à un one man-show de Dieudonné, la censure est la seule façon de lutter. " Manuel Valls a très bien fait d'interdire son spectacle (réd: le Premier ministre français s'était positionné en janvier sur "Le Mur").

La censure marche car ça lui bloque les fonds et ses propos ne vont pas plus loin". Président de Val-de-Ruz, Armand Blaser réfléchit à la proposition des deux professeurs. Un ou des événements, tels que lecture, conférence ou spectacle qui prônent des valeurs de tolérance, devraient être programmés. Ils s'adresseraient à toute la population. "Le temps est court. Si ça n'a pas lieu la même semaine que le spectacle de Dieudonné, ça se déroulera un peu plus tard". Fabrice Sourget, directeur du Cercle scolaire de Val-de-Ruz ne cautionne pas les mots de l'humoriste. Toutefois, il fait remarquer que Dieudonné se produira en soirée, "donc le collège sera vide. Je n'ai pas lu de propos antisémites sur les affiches au cas où les élèves les verraient dans l'enceinte du collège. "Quant au soutien auprès des enfants, Fabrice Sourget n'est pas sûr que de mêler de si jeunes écoliers à cette affaire soit la bonne solution. Il déclare quand même qu'il en parlerait avec les enseignants afin qu'ils soient préparés à répondre à d'éventuelles questions ou à traiter ce sujet en classe.

La commune de Val-de-Ruz n'a pas fait que des heureux avec ce choix de programmation". L'agent de Dieudonné nous a contactés et nous avons accepté de lui louer la salle. Nous nous sommes référés à un arrêt du Tribunal fédéral qui lui avait donné raison s'agissant d'un autre spectacle", ajoute Armand Blaser. "Nous ne voulions pas lui faire un procès d'intention sans l'avoir vu, mais nous ne sommes pas insensibles." Pour constater par lui-même le contenu de "la bête immonde", Armand Blaser ira voir Dieudonné sur les planches. Le spectacle de Dieudonné ne laisse personne indifférent. De la Ligue contre le racisme et l'antisémitisme (Licra) à la communauté israélite de Neuchâtel, les esprits s'échauffent quand on nomme l'artiste français. Néanmoins, si les avis diffèrent sur sa venue à Fontainemelon le 27 janvier et sur les propos de l'humoriste, tous ne prônent pas la censure.

Soucieuse du respect de la liberté d'expression, la section neuchâteloise de la Licra n'a pas demandé à la commune de Val-de-Ruz qu'elle interdise le spectacle de Dieudonné, signale Pierre Dubois, président de Licra Neuchâtel. "Si lors du spectacle une incitation à la haine ou à la discrimination envers une personne en raison de son appartenance religieuse, raciale ou ethnique était constatée, la Licra suisse la dénoncera aux autorités judiciaires compétentes, ajoute Pierre Dubois.

"Comment ne pas être scandalisé par la tribune donnée à ce personnage", s'interroge Michel Margulies, rabbin de la communauté israélite neuchâteloise basée à La Chaux-de-Fonds. A ses yeux, la population n'a pas à faire à un humoriste pour lequel le débat porterait sur la liberté d'expression mais à un antisémite, qui distille sa haine sous couvert de spectacle. "Les écervelés tout fiers de faire sa "quenelle" tristement célèbre, devant ses salles de spectacles ou devant des lieux symboliques, le confirment", poursuit-il. "Au nom de tous les miens disparus dans la fumée des camps nazis, il m'est insupportable d'accepter qu'un négationniste, qui S'affiche fièrement et salit leur souvenir et celui de millions de mes frères, crache son venin, applaudi par un auditoire naïf ou complice." Michel Margulies utilise des mots forts pour évoquer Dieudonné. Selon lui, à une période où le racisme et l'antisémitisme, parfois déguisé en antisionisme, se manifestent, tant par les petites insultes courantes que par des crimes et attentats, "il faut redoubler d'attention".

Reproduction autorisée avec mention :


Sources :



  

Commentaires

  1. " "donc le collège sera vide. Je n'ai pas lu de propos antisémites sur les affiches au cas où les élèves les verraient dans l'enceinte du collège. "

    Il faudrait sans doute lui envoyer la dernière vidéo citée ci-dessus?

    " Pour constater par lui-même le contenu de "la bête immonde", Armand Blaser ira voir Dieudonné sur les planches. "

    Le mal sera fait! Armand Blaser fait montre d'une naïveté sans précédent! Sans doute faudrait-il lui envoyer un chèque pour le remboursement de la location de la salle....

    On ose encore parler de la "liberté d'expression" ? Si un humoriste insultait la< Suisse et les Suisses parlerait-on de "liberté d'expression" ?

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire