Migration musulmane : les vérités choc - Par Michel Garroté



 

 
Michel Garroté  --  En Allemagne, malgré les appels à l’accueil des immigrés lancés par les Eglises au nom de la « charité » ou par le patronat qui réclame de la main d’œuvre étrangère pour compenser le recul de la population, une partie de la population allemande fait de plus en plus « l’amalgame » entre immigration et islamisation (extraits adaptés ; voir lien vers source en bas de page).

Elle n’hésite plus à la dire ouvertement. Depuis octobre, des milliers d’Allemands regroupés par le mouvement Pegida (l’acronyme allemand pour « Européens patriotes contre l’islamisation du pays »), manifestent pour dénoncer le flux migratoire (musulman). Chaque semaine, ils sont en moyenne 10’000 à 15’000 dans les rues. Un sondage de l’hebdomadaire Die Zeit montre que pour ainsi dire un Allemand sur deux (49%) éprouve de la sympathie pour Pegida et 30% disent le soutenir totalement.

Ces contestataires viennent de recevoir un soutien important : Hans-Werner Sinn, l’un des plus grands économistes allemands. Président de l’institut de conjoncture Ifo (Institut für Wirtschaftsforschung) à Munich, cet universitaire contrebat les thèses dominantes sur « l’apport » des immigrés (musulmans) à la société allemande.

Hans-Werner Sinn, dans une étude dont les conclusions sont publiées dans la Frankfurter Allgemeine Zeitung, estime que le coût réel d’un immigré entraîne un bilan négatif de 1’800 euros par an pour le fisc allemand. Son calcul intègre les coûts pour la collectivité (infrastructures, police, etc.). Sinn invite les économistes et les intellectuels allemands à débattre de l’immigration (musulmane) sans idéologie. L’appel vaut aussi pour la France (fin des extraits adaptés ; voir lien vers source en bas de page).

Reproduction autorisée avec mention :


Source :

  

Commentaires

Enregistrer un commentaire