Obama, Poutine, ou l’erreur stratégique



 

 
Lucien OULAHBIB  --  Tout d'abord Obama : une question suffit,  la religion d'Arabie Saoudite est-elle l'islam ? S'il répond oui alors qu'il n'y a pas de différence avec ce que prône l'État islamique, dont Obama dénie le caractère islamique, nous nageons dans l'absurde ou l'ignorance. Soyons bon prince, admettons quelques questions de rattrapage : lorsque les Abbassides renversent les Omeyyades, est-ce parce que les uns étaient moins musulmans que les autres ? Lorsque les soufi sont considérés comme une déviation par l'islam wahhabite, comment caractériser cet anathème ? Quand les Mozalites sont écartés au Xème siècle par les Asharites parce que la conception rationaliste des premiers est condamnée par les seconds, peut-on dire que ce conflit serait extérieur à l'histoire de l'islam ?

On voit bien que Obama ne connait strictement pas celle-ci…Par ailleurs, s'il ne s'agissait concernant les tueurs que de pauvres "désorientés", pourquoi s'en prendre aux juifs et pas plutôt à des représentants occidentaux, symboles de leur " domination " ? Répondre qu'ils seraient "endoctrinés" revient à confondre l'être humain au chien de Pavlov, ce qui est strictement faux, tant il est doté de capacités résilientes.

Sur un autre plan, plus européen, voire français, lorsque l'on entend une Caroline Fourest prétendre sur France Culture (le 23/2/15 en présence de S.Trigano pourtant) que l'antisémitisme actuel n'aurait pas de "racine coranique" c'est encore une fois ne pas avoir lu les versets sur ce sujet, et, surtout, ne rien comprendre à la dhimmitude séculaire (que Fourest nie, s'opposant à Bat Ye'or) alors qu'un Alain Memmi, peu enclin à une pensée extrême, notait que la somme des "petits" pogromes ayant existé dans le monde arabo-musulman dépasse, et de loin, ceux plus spectaculaires dans les pays slavophiles et allemands.

N'oublions pas la vie lamentable des Juifs sous les Turcs en Algérie avant l'arrivée des Français… En un mot comme en mille souligne Memmi: « D’un point de vue historique… le sionisme ne fut pas à l’origine de l’antisémitisme arabe…"

Passons à Poutine : à en croire certains témoignages, tout ne va pas pour le mieux en Crimée…C'est le moins que l'on puisse dire… Tout ça pour ça ? Poutine choisit de passer en force partout depuis qu'Obama lui a raconté des histoires à propos du bouclier antimissile (expliquant qu'il s'agissait de protéger l'Europe de l'Iran) alors que le jeu américain, actuel, vise, via l'OTAN, à empêcher l'Europe de s'unifier et s'allier indépendamment de lui. Imaginons que l'Europe de la défense se fasse enfin, hors de l'OTAN, il n'est pas sûr que Poutine balaye d'un revers de main le souhait polonais et balte de se voir protégé face à un futur Staline…

Et puis la pression LGBTIQ aux jeux d'hiver a fait le reste… alors qu'il aurait été loisible de ne pas braquer ainsi une Russie en crise existentielle, et plutôt de la pousser à reconnaître que le recours à la puissance n'est pas une issue, surtout concernant la Pologne et les pays Baltes. Sauf que les sanctions n'ont pas aidé, pas plus que les soutiens de Poutine aux séparatistes ukrainiens…

En fait une Ukraine fédérale associée à une U.E détachée de l'OTAN -mais ayant une défense digne de ce nom (ce qui implique une refondation des dépenses publiques) pourrait permettre de prendre en compte le souci russe d'être pris au sérieux sans pour autant nier le souci de dignité de la Pologne et des pays Baltes. Au fond, tout est à reprendre à zéro, pour les deux, voire les trois cas (Obama, Poutine, UE).

Reproduction autorisée avec mention :

Lucien SA Oulahbib - http://www.resiliencetv.fr/
  
  

Commentaires