Crash du vol MH370 de Malaysia Airlines - La piste islamique



 

 
Michel Garroté  --  Des islamistes ouïgours  --  qui avaient rejoint l'organisation Etat Islamique (EI)  --  ont été arrêtés dans la province chinoise du Xinjiang par la police chinoise, selon le South China Morning Post. Les autorités de la région sont déterminées à lutter contre l'influence de l'EI.

Elles avaient récemment informé que des combattants musulmans ouïgours s'étaient rendus en Syrie et en Irak pour s'y entraîner et que certains y étaient restés pour participer à la lutte armée. Le quotidien Huanqiu Shibao, citant des sources kurdes, avait annoncé que l'EI avait tué trois ouïgours déserteurs dans le nord de l'Irak.

Autre point apparemment sans lien avec le précédent, selon une nouvelle analyse internationale des données disponibles, le vol MH370 de Malaysia Airlines  --  mystérieusement disparu en mars 2014  --  a volé pendant encore plusieurs heures après la perte de contact entre les contrôleurs aériens et l'appareil, qui a accompli trois manœuvres. L'avion s'est ensuite dirigé vers l'ouest, le sud, puis l'Antarctique.

L'enquête internationale a ainsi confirmé que le Boeing malaisien avait été détourné. Les experts des catastrophes d'aviation estiment qu'un certain individu se trouvait dans la cabine des pilotes et a sciemment changé le cap. Les experts se réfèrent aux données satellites pour soutenir qu'après le dernier contact du contrôleur aérien avec l'appareil, ce dernier a changé de cap à trois reprises.

Ces actions de l'équipage font penser que quelqu'un a sciemment détourné l'avion de son cap. A l'heure actuelle, quatre navires participent aux recherches de l'avion, qui ont fouillé près de 200’000 km² des eaux dans la limite de la zone de recherche. Mi-décembre, les représentants du Centre de coordination international des recherches (JACC) ont annoncé que le travail dans la zone prioritaire de l'océan Indien pourrait s'achever d'ici mai 2015.

Le rapport préliminaire de l'enquête a été rendu public le 7 mars dernier. Les recherches de l'appareil n'ont encore apporté aucun résultat. Le Boeing 777-200 de Malaysia Airlines, vol MH370 Kuala-Lumpur-Pékin avec 239 passagers à son bord, a disparu des radars dans la nuit du 7 au 8 mars 2014.

Quel lien avec les islamistes ouïgours de Chine et avec l’Etat Islamique (EI) ? Rappelons que la Malaisie est un pays musulman de plus de 50 millions d’habitants, membre de l’Organisation de la Coopération Islamique (OCI). De ce fait, une partie du gouvernement malais, de l’armée malaise et des services secrets malais se sent naturellement plus proche des musulmans ouïgours de Chine que du régime chinois de Pékin (Beijing).

Or, le vol MH370 de Malaysia Airlines, au départ de la capitale malaisienne, Kuala-Lumpur, avait pour destination Pékin. Et le gouvernement malais n’a jamais donné les informations en sa possession sur le crash du vol MH370. De là à émettre l’hypothèse que des islamistes malais et ouïgours seraient pour quelque chose dans le crash…
  
Reproduction autorisée avec mention :
  
Michel Garroté
  
  
JE PUBLIE AUSSI DES ARTICLES SUR : http://www.lesobservateurs.ch/ et RESILIENCETV
  
Avertissement :
  
  
« Le blog de Michel Garroté a été supprimé ». Voilà le message que certains de mes lecteurs ont vu apparaître sur leur écran, lorsqu’ils ont tenté d’accéder à mon blog. La raison de cet incident est simple : ces derniers jours, un nombre incalculable de sites et blogues ont fait l’objet de cyber-attaques (et, non, « le blog de Michel Garroté » n’a pas été supprimé et moi non plus je n’ai pas été supprimé…). Si cela devait se reproduire, vous auriez alors plusieurs solutions : « rafraichir » la page d’accueil de mon blog ; revenir plus tard sur mon blog ; introduire les mots « le blog de Michel Garroté » dans la recherche Google ; ou encore, lire mes articles sur http://www.lesobservateurs.ch/ et sur http://www.resiliencetv.fr/. Il est clair que les gauchistes et les islamistes vont sans doute continuer leurs cyber-attaques contre les blogues tels que le mien. Il va falloir apprendre - toujours plus - à vivre avec cela.
  
  

Commentaires