Jean-Marie Le Pen prend la défense du maréchal Pétain



 

 
Michel Garroté  --  La présidente du Front national, Marine Le Pen est - à nouveau - entrée en conflit avec son père, fondateur du parti, en refusant qu'il soit candidat à de futures élections, après une interview de Jean-Marie Le Pen dans l’hebdomadaire nationaliste et judéophobe Rivarol. Jean-Marie Le Pen, visiblement sénile et narcissique, entre dans une politique de la terre brûlée et du suicide. « Compte tenu de cette situation, j'ai informé Jean-Marie Le Pen que je m'opposerai à sa candidature aux élections régionales de fin 2015 », a déclaré Marine Le Pen.

Jean-Marie Le Pen, président d'honneur à vie du FN et député européen, défend la mémoire du maréchal Philippe Pétain, artisan de la collaboration de la France avec l'Allemagne nazie, et critique la stratégie de sa fille à la tête du FN, dans un entretien à Rivarol.

« Mettez http://leblogdemichelgarrote.blogspot.ch/ dans vos favoris ! »



 
Ainsi, Jean-Marie Le Pen déclare notamment (extraits) : « Je n’ai jamais considéré le maréchal Pétain comme un traître. (…) Je considère que l’on a été très sévère avec lui à la Libération. (…) Je n’ai jamais considéré comme de mauvais Français ou des gens infréquentables ceux qui ont conservé de l’estime pour le Maréchal. Ils ont selon moi leur place au Front national comme l’ont les défenseurs de l’Algérie française, mais aussi les gaullistes, les anciens communistes et tous les patriotes qui ont la France au cœur. Ils commencent à me gonfler tous avec la République. (…) Je comprends tout à fait qu’on mette en cause la démocratie, qu’on la combatte ».

La semaine dernière il avait réitéré des déclarations sur les chambres à gaz, « point de détail de la Seconde Guerre mondiale » selon lui, pour lesquelles il avait déjà été condamné. Le vice-président du FN, Florian Philippot, affirme sur Twitter que la rupture politique avec Jean-Marie Le Pen est désormais totale et définitive et que des décisions seront prises rapidement, alors que le patriarche du FN souhaitait représenter le parti aux élections régionales dans le sud-est de la France.

Louis Aliot, également vice-président du FN et compagnon de Marine Le Pen, estime que les désaccords politiques avec Jean-Marie Le Pen sont désormais irréconciliables après l'entretien accordée par le fondateur du FN à Rivarol.

Reproduction autorisée avec mention :

Michel Garroté

   
  

Commentaires