Assassinat politique - Nisman envisageait la détention de Kirchner






Michel Garroté  --  Le procureur argentin Alberto Nisman enquêtait sur l'attentat terroriste iranien contre la mutuelle juive AMIA en 1994 à Buenos-Aires. Nisman accusait la présidente argentine Cristina Kirchner d'entraver la justice pour couvrir l’Iran, instigateur l’attentat. En juin 2014, il avait envisagé la demande de placement en détention de la présidente Kirchner. Nisman a été assassiné le 18 janvier 2015. La demande de détention de Kirchner rédigée par Nisman a été retrouvée dans une poubelle de son appartement, sous la forme d'un brouillon de 26 pages.

Nisman avait envisagé la détention de la présidente Cristina Kirchner pour entrave à la justice, a confirmé, mardi 3 février 2015, la procureure Viviana Fein. Elle a fait état de la découverte dans une poubelle d'un brouillon de 26 pages en ce sens, daté du 14 juin 2014, lors de perquisitions dans l'appartement d'Alberto Nisman.

Concrètement, Nisman avait accusé Cristina Kirchner d'avoir fait entrave à la justice en favorisant l'impunité de suspects iraniens en échange d’avantages économiques pour l’Argentine. Dans son dossier d'accusation, Nisman n'aurait finalement pas inclus le document retrouvé dans la corbeille, selon les affirmations de Viviana Fein. L'information sur l'existence du brouillon avait initialement été publiée par le quotidien argentin "Clarin".

La majorité des Argentins se demandent pourquoi Nisman se serait tué alors qu'il devait présenter le lendemain devant le Congrès ses accusations contre Cristina Kirchner et d'autres hauts fonctionnaires. Alberto Nisman, 51 ans, père de deux filles, a été enterré près de Buenos Aires. 70% des Argentins estiment que sa mort ne sera jamais élucidée.

Reproduction autorisée avec mention :


Source :


Avertissement :


« Le blog de Michel Garroté a été supprimé ». Voilà le message que certains de mes lecteurs ont vu apparaître sur leur écran, lorsqu’ils ont tenté d’accéder à mon blog. La raison de cet incident est simple : ces derniers jours, un nombre incalculable de sites et blogues ont fait l’objet de cyber-attaques (et, non, « le blog de Michel Garroté » n’a pas été supprimé et moi non plus je n’ai pas été supprimé…). Si cela devait se reproduire, vous auriez alors plusieurs solutions : « rafraichir » la page d’accueil de mon blog ; revenir plus tard sur mon blog ; introduire les mots « le blog de Michel Garroté » dans la recherche Google ; ou encore, lire mes articles sur http://www.lesobservateurs.ch/ et sur http://www.resiliencetv.fr/. Il est clair que les gauchistes et les islamistes vont sans doute continuer leurs cyber-attaques contre les blogues tels que le mien. Il va falloir apprendre - toujours plus - à vivre avec cela.
  
   

Commentaires

  1. Oui, cette "dame" est vraiment dangereuse. Comment des âmes hideuses comme celle-ci peuvent être aux commandes d`un pays...

    Mais TOUT ce paye. Son jour viendra.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire