Islam : pas de quartiers, bien sûr !



 

 
Lucien OULAHBIB  --  Paris, Copenhague, Libye, Irak, Nigeria, Afghanistan, Syrie, nos martyrs, de toute obédience et foi, les choses s'éclairent enfin, maintenant que les vendus et les mous vont s'écarter, s'effacent, même le type de la chaîne qatari, ou la photocopie stalinienne mettant à part son média sont de plus en plus out (malgré leurs gesticulations, inaudibles) il est alors  venu le temps d'écraser, avec la plus grande fermeté, toute cette vermine, sans aucune pitié, ce qui est de toute façon du ressort divin, que "nous" ne détenons pas, comment oser parler, agir "au nom de Dieu" d'ailleurs sans opérer ce véritable blasphème ?  Chacun son monde au fond, les figuiers sans fruits doivent être asséchés, définitivement.

Certes, il est fort loisible, pour certains, de se dire que ces fanatiques peuvent servir de fer de lance pour en finir avec cette société nihiliste postmoderne dont DSK est la caricature et Roland Dumas le rictus, Dieudonné en étant l'étron et de Villepin la bêtise préférant les dictatures traditionnelles et leur massacre silencieux (par centaines de milliers).

Mais le jeu en vaut-il vraiment la chandelle ? Puisque après tout, et tôt ou tard, la néo-secte des assassins s'en serait pris à ses alliés objectifs ? Toute fausse Révolution dévore ses enfants (Danton, les S.R, les mencheviks, les S.A: au désespoir de Heidegger). Les khomeynistes ont fait de même avec les gauches tiers-mondistes marxistes et foucaldiennes; à terme les adeptes des Plenel/Mucchielli défendant l'idée qu'il vaut mieux être islamiste que drogué seront eux aussi dévorés par… "l'islamo-fascisme" ? Non, l'islam tout simplement dont le nationalisme des années 20 n'en serait que le vernis.

Quel islam ? Celui de l'islam réel, non trafiqué et rendu light par les post-gauchistes hantés à l'idée d'avouer leurs erreurs, préférant donner tous les pouvoirs à un discours mille fois plus réactionnaires que le pire des mouvements dogmatiques chrétiens. Mais qu'attendre d'une génération dont les pères avaient donné les pleins pouvoirs à un Pétain ?…

Il faut d'ailleurs être tout à fait ignare ou pervers pour croire que ce dernier aurait "sauvé la France" alors qu'il est l'héritier d'un courant qui l'a plombée depuis au moins Louis XV et son abandon de Montcalm et Duplex, prenant en bouc émissaire les Juifs qui ont rempli des fonctions que personne ne voulait, tandis qu'en 1948 les Juifs avaient laissé en Palestine largement de quoi bâtir une Nation que tous les pays arabo-musulmans  refusèrent, avec véhémence même, jusqu'à aujourd'hui un Arafat refusant la paix des Braves au dire même des Mémoires de Clinton. Il ne suffit donc plus de "comprendre", voire d'"expliquer" il faut agir, enfin, ouvrir un grand débat, et… frapper.

Reproduction autorisée avec mention :

Lucien SA Oulahbib - http://www.resiliencetv.fr/
   
  

Commentaires