Affaire Maddie - Affaire d’argent ?



 

 
Michel Garroté  --  L'ancien inspecteur de police portugais chargé de l'enquête sur la disparition en 2007 de Madeleine McCann, Gonçalo Amaral, a été condamné à payer 500'000 euros aux parents à l'issue d'un procès. Gonçalo Amaral « est condamné à payer à chacun » des deux parents « une indemnité compensatoire de 250'000 euros », indique la décision prononcée par le tribunal civil de Lisbonne. Kate et Gerry McCann poursuivaient en justice l'ancien responsable de l'enquête pour avoir publié en 2008 un livre nommé « Maddie, l'Enquête interdite ». « Nous sommes ravis de la décision du juge », ont réagi les parents dans un communiqué, ajoutant qu'il « n'a jamais été question d'argent » mais « de l'effet de ces diffamations sur nos autres enfants ». La famille britannique réclamait 1,2 million d'euros.

Chronologie des faits

En 2007, une petite fille de 3 ans disparaît au Portugal pendant l'absence de ses parents. Elle s'appelle Madeleine McCann, et on pense qu'elle a été enlevée par des ravisseurs inconnus. Débute une véritable tornade médiatique. Beckham, JK Rowling, la Reine d'Angleterre et même le pape se joignent à la douleur des parents, qui vont de plateau de télévision en plateau de télévision pour répéter la même histoire. Au Portugal, les enquêteurs sont pourtant sceptiques : si les preuves manquent, les indices ne collent pas avec la théorie de l'enlèvement. Odeur de cadavre repérée par les chiens dans la voiture de location du couple, traces de sang de la petite fille dans l'appartement, témoin qui affirme avoir vu le père sortir avec une petite fille le soir de la disparition.

Surtout, le comportement du couple : le jour de la disparition, les McCann appellent la chaîne de télévision Sky News avant la police. Plus tard, ils s'octroient les services d'un conseiller en communication avant de prendre un avocat. Quarante-huit heures après la disparition, la mère se lamente à la télévision : "dans deux ans, nous la rechercherons toujours". Quel parent affirmerait une telle chose ? Devant des enquêteurs portugais stupéfaits, le père McCann ne quitte pas des yeux le match de rugby à la télévision alors que la presse annonce qu'on a repéré une fille ressemblant à Maddie en Hollande.

Injustifiable, ce comportement conforte les policiers portugais dans leur première opinion : les McCann, médecins fortunés, ont tué leur enfant, peut-être par des médicaments (Maddie étant une fille hyperactive, sa mère lui administrait des tranquillisants pour la faire dormir). Accident, homicide volontaire ? Nul ne sait. Refusant de porter la responsabilité de la mort, le couple aurait inventé de toute pièce l'histoire de l'enlèvement. Mais les médias britanniques ne veulent rien savoir. Le portrait de la petite Maddie est vendeur, les stars se bousculent, et les parents font d'excellents dramaturges. Dans les tabloïds anglais, les Portugais sont insultés, qualifiés de "flics du Tiers Monde". La justice pour Maddie attendra, place au spectacle.

Pourtant, l'inspecteur général Gonçalo Amaral, responsable de l'enquête, n'abdique pas. Il continue à diriger son enquête, et nourrit de plus en plus de soupçons à l'égard des parents. Lorsqu'il commence à s'intéresser à l'emploi du temps du couple McCann, ces derniers quittent le Portugal pour l'Angleterre et Amaral devient la tête de turc des médias anglais. Sous pression, le gouvernement portugais finit par l'envoyer en pré-retraite. L'inspecteur n'a pourtant pas renoncé. Il sort un livre, depuis traduit en français (Maddie, l'enquête interdite, Bourin éditeur, 2009) et détaille les faisceaux d'indices que son équipe a mis à jour.

Tout pointe vers la responsabilité des parents. Faisant preuve d'un courage rare, l'inspecteur Gonçalo Amaral, après vingt-sept ans dans la police judiciaire, ose dénoncer le tourbillon médiatique qui biaise la justice et rend un vrai hommage à la petite Madeline McCann, selon lui tuée par des parents irresponsables et dont le souvenir, sincère, ne restera qu'à travers les mots d'un policier portugais ayant dû abandonner sa carrière au nom de la vérité.

En 2012  --  soit cinq ans après la disparition au Portugal de Madeleine McCann, dite « Maddie », âgée de trois ans en 2007  --  l'enquête est rouverte. C'est la demande que Scotland Yard a formulée auprès des autorités portugaises. Cette demande intervient alors que la police portugaise avait annoncé, début mars, qu'elle réexaminait l'enquête en étroite collaboration avec Scotland Yard.

La police britannique a diffusé une photo de la petite fille, retravaillée par ordinateur, de manière à fournir une représentation de la fillette à l'âge de neuf ans. Maddie avait disparu le 3 mai 2007, à quelques jours de son quatrième anniversaire, de l'appartement de Praia da Luz, au Portugal où la famille passait des vacances, alors que ses parents étaient au restaurant. Pendant un moment, ces derniers avaient eux-mêmes été suspectés. Depuis, de nouvelles pistes sont régulièrement apparues sans pour autant permettre de faire la lumière sur cette disparition.

Toujours en 2012, Un entrepreneur allemand, Frank Bode, aurait vu la fillette disparue au Portugal, Maddie Mc Cann, à l’aéroport espagnol d’Ibiza et dans l’avion, selon le journal britannique ‘The Sun’. Bode, qui rentrait à Munich après un peu de repos sur l’île d’Ibiza, a réussi à prendre une photo de la présumée Maddie qui était en compagnie d’une famille allemande. Bode a reconnu – sur le visage de la fillette et dans son accent – sa nationalité britannique. Elle était la seule à ne pas parler l’allemand.

« Mon intuition m’a dit que c’était Maddie, âgée de sept à dix ans. Elle ne semblait absolument pas en phase avec cette famille. Son père était clairement allemand, ainsi que ses deux fils âgés d’environ 12 ans », selon l’entrepreneur. Bode s’est retrouvé près de la famille allemande sur un vol de la compagnie Lufthansa d’une durée de de deux heures à destination de Munich et Bode s’est assis à côté de la famille. « La mère qui ne ressemblait en rien à la fillette, avait une attitude très bizarre et elle n’a pas parlé durant tout le vol. Tandis que les deux garçons jouaient, Maddie, elle, paraissait complètement ailleurs », précise Bode.

Reproduction autorisée avec mention :

  
  

Commentaires