Israël au Népal - Personne n’en parle



 

 
Michel Garroté  --  Dans le cadre de l’aide apportée par Israël aux sinistrés du Népal, les secouristes de la Défense passive de Tsahal ont emporté de quoi construire un hôpital de campagne (extraits ; voir lien vers source en bas de page) : Israël est devenu spécialisé dans ce domaine et a eu maintes fois l’occasion de prêter main forte dans différents pays lors de catastrophes naturelles. Dans de telles situations, les structures locales et notamment hospitalières sont débordées. Cet hôpital de campagne a été dressé non loin de l’hôpital militaire de Katmandou et fournira des soins à environ deux cents personnes par jour. L’hôpital israélien fonctionne par ses propres moyens, notamment grâce aux cinquante tonnes de matériel médical acheminées depuis Israël. L’équipe médicale est composée de cent vingt-cinq médecins et infirmières.

Comme l’écrit Karni Eldad sur I24news (extraits ; voir lien vers source en bas de page), depuis sa création, l’Etat d’Israël a envoyé des équipes de sauveteurs, d’urgence et médicales dans près de 150 pays, c’est-à-dire qu’il y a des citoyens et des réfugiés dans 150 pays dont certains n’entretiennent même pas des relations diplomatiques avec Israël, qui parlent diverses langues, de couleurs différentes, croyant dans des divinités différentes, enfants comme vieillards, qui doivent tout simplement leur vie à l’Etat d’Israël.

Comme le craignaient les autorités du fait des difficultés de communication, le bilan humain du tremblement de terre d’une magnitude 7,8 qui a frappé le Népal ne cesse d’augmenter (extraits ; voir lien vers source en bas de page) : les nouveaux chiffres parlent désormais d’au moins 5 000 morts et 7 900 blessés. À Katmandou même, joyau architectural classé au patrimoine mondial de l’Unesco, les dégâts filmés depuis un drone sont éloquents : nombre de bâtiments antiques n’ont pas résisté au séisme et à ses répliques. Des répliques qui amènent la population à dormir dans les rues, par prudence, ou parce que leur maison a d’ores et déjà été détruite. Cette vidéo filmée depuis un drone a été prise par Kishor Rana, qui l’a chargée sur sa page Facebook, avant qu’elle ne fasse le tour du monde en quelques heures. Entre 4,6 et 6,6 millions de personnes vivant dans un rayon de 100 kilomètres autour de l’épicentre du séisme ont été affectées.

Israël s’est immédiatement mobilisé pour venir en aide aux sinistrés et secourir ses ressortissants. Une équipe du Magen David Adom (Mada) est arrivée à Katmandou 24 heures après le drame et s’est immédiatement mise au travail. Yaël Ancri, de Israpresse, s’est entretenu avec le secouriste de Mada Ilan Klein, en direct du Népal (extraits ; voir lien vers source en bas de page).

Yaël Ancri pour Israpresse : Quel est votre sentiment général après avoir quitté votre famille pour aller à l’autre bout du monde aider des gens que vous ne connaissez pas ?

Mada Ilan Klein du Magen David Adom : Il y a eu une catastrophe au Népal et ce n’est pas facile d’être témoins de tels drames. En tant que secouristes du Magen David Adom et représentants de l’État d’Israël, sous sommes allés sur place pour repérer les Israéliens, les aider et leur faire savoir que partout dans le monde, quand ils en ont besoin, l’État d’Israël et le Magen David Adom sont là pour eux. Et d’autre part, nous sommes là aussi pour la population locale. Dès qu’il y a des catastrophes de ce genre, en tant que secouristes du Mada, nous sommes sur place pour aider, soutenir et octroyer une aide médicale.

Israpresse : Qu’est-ce qui vous a le plus marqué depuis que vous êtes arrivé ?

IK : Nous sommes arrivés là-bas 24 heures après le tremblement de terre et ce que nous avons vu sur place n’était pas facile : il y avait des bâtiments effondrés, des blessés, beaucoup de gens qui dormaient à l’extérieur des habitations. En tant que secouriste paramédical, j’ai déjà vu des catastrophes. J’ai passé aussi un mois à Haïti en 2010, après le tremblement de terre. Mais ce n’est jamais facile à voir. On n’avait pas beaucoup de temps pour comprendre ce qui se passait. Nous devions agir le plus vite possible et le plus efficacement possible. Il fallait retrouver des Israéliens et octroyer une aide médicale. Hier, j’ai passé toute la journée à l’hôpital militaire de Katmandou pour aider les médecins népalais à soigner les blessés. Il y en avait des centaines. Ce n’est pas facile, mais on est là pour ça.

Israpresse : Qu’avez-vous réussi à faire depuis que vous êtes arrivés sur place ?

IK : Nous avons mis en place deux équipes. L’une chargée des centaines d’Israéliens qui étaient au Népal. L’autre qui a pris contact avec le principal hôpital de Katmandou et a commencé à aider les médecins sur place. Il y a beaucoup de blessures que l’on trouve en général après des tremblements de terre : des jambes ou des bras cassés, etc. Après une journée d’aide sur place, une équipe est restée à l’hôpital et une autre a pris en charge les Israéliens, parmi eux 18 bébés âgés d’une semaine et les a raccompagnés en Israël.

Israpresse : Pourquoi Israël est-il toujours le premier sur place lorsqu’il y a des catastrophes ?

IK : Je crois que c’est très important pour Israël d’offrir son aide et son soutien dans des catastrophes nationales, car on fait partie de ce monde. Et si, à Dieu ne plaise, s’il y a un jour une catastrophe ici, nous savons que le monde aussi viendra nous aider. Pourquoi sommes-nous les premiers ? Je crois que c’est parce que nous sommes Israéliens ! Les Israéliens font les choses très vite, très efficacement. Au vu de la grandeur du pays et à ses capacités, c’est une réalisation. Je peux vous dire que notre équipe du Magen David Adom est arrivée en 24 heures et ensuite, il y a eu la délégation du ministère des Affaires étrangères et de Tsahal qui est arrivée hier soir. C’est une grande force. Je crois que du point de vue international, les autres équipes du monde vont véritablement commencer à être opérationnelles sur place demain, parce que les procédures dans les autres pays sont beaucoup plus longues. Israël était là-bas très vite et a octroyé une aide et un soutien médical très rapidement.

Reproduction autorisée avec mention :


Sources :



   
   

Commentaires