Afrique du Sud - Le retour de l’apartheid



 

 
Michel Garroté  --  En Afrique du Sud, les ressortissants étrangers noirs africains, notamment ceux installés dans la ville de Durban, sont la cible d’attaques racistes répétées. Les commerces tenus par des Somaliens sont pillés. Le bilan de la police fait état de 4 morts. En réaction, le Kenya a annoncé qu'il envisageait de rapatrier ses concitoyens. Une première poussée de violence raciste avait mis à la rue quelque 250 immigrés, pour la plupart venus de République démocratique du Congo, en mars près de Durban.

Ces événements racistes sont survenus quelques jours après que le chef des Zoulous, Goodwill Zwelithini, la plus haute autorité traditionnelle du KwaZulu-Natal, soit la province où est située Durban, eut appelé les étrangers à faire leurs bagages et à quitter l'Afrique du Sud. Le propre fils du président Jacob Zuma, Edward Zuma, a donné raison à Goodwill Zwelithini quelques jours plus tard.

Les exactions racistes contre les étrangers noirs sont courantes en Afrique du Sud. Une explosion de violences racistes contre les noirs avait fait 62 morts en 2008. Les actes racistes n'ont jamais cessé dans les townships sud-africaines, visant notamment des Somaliens et des Éthiopiens, dont les magasins sont régulièrement pillés. En Afrique du Sud, l’apartheid est de retour. Il est pratiqué par des noirs contre d’autres noirs.

Reproduction autorisée avec mention :

   
   

Commentaires

  1. Merci pour cet article, je crois qu'il est très précis et objectif .

    RépondreSupprimer
  2. Quel tristesse !
    Plus besoin d’accuser les blancs, ils se haïssent entre eux, noirs contre noirs !
    Cela est bien la preuve que le racisme est un esprit, une mentalité qui n'a pas de couleur de peau. L'Afrique du Sud a telle encore un avenir ? Oui ! mais alors, ils faut changer d'état d'esprit

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire