Andreas Lubitz l’enfoiré et Patrick Sondheimer le héro









Michel Garroté  --  La presse française est focalisée sur Andreas Lubitz, le co-pilote qui a décidé de mettre fin à sa vie en envoyant contre la montagne un avion transportant 144 passagers et 5 de ses collègues. Mais presque personne n'a parlé du commandant de bord Patrick Sondheimer, qui s'est efforcé jusqu'à la dernière minute d'empêcher la catastrophe, en tentant d'enfoncer la porte de la cabine. Pas une photo, pas un détail.


L’enfoiré Andreas Lubitz  --  grâce aux médias ou plutôt à cause d’eux  --  a fait et fait encore la ‘Une’ dans le monde entier. A croire que le héros c’est lui. Faux ! Le seul vrai héro, c’est un jeune père de famille et pilote : Patrick Sondheimer.


Quand on parle d'un commandant de bord, on s'imagine généralement un homme âgé. Mais Patrick Sondheimer n'avait que 34 ans. Il était pourtant un spécialiste expérimenté avec dix ans de travail et 6’000 heures de vol. Sondheimer avait rejoint la Germanwings depuis peu, avant quoi il avait travaillé pour la Lufthansa et Condor.


Il était diplômé de l'école des pilotes de la Lufthansa en Allemagne. Patrick avait décidé de quitter la Lufthansa au profit de la Germanwings parce qu'il n'appréciait pas les longues absences. Les vols de Germanwings desservant essentiellement l'Europe, cette compagnie convenait bien pour sa vie de famille.





« Mettez http://leblogdemichelgarrote.blogspot.ch/ dans vos favoris ! »





Patrick vivait à Düsseldorf. Il était marié, avait un fils de trois ans et une fille de six ans. C'est pour ses enfants qu'il avait changé de lieu de travail : les vols courts de la Germanwings lui permettaient de les voir plus souvent.


Elke Bonn, propriétaire d'une école maternelle catholique qui accueille les enfants de Sondheimer, décrit le pilote défunt de la Germanwings comme un homme rayonnant de bonheur. Pendant ses obsèques à l'église de Sainte Marguerite à Düsseldorf, elle a parlé de Patrick comme d'un homme ouvert, enthousiaste et toujours prêt à venir en aide.


Un des collègues de Sondheimer a déclaré que Patrick faisait partie des meilleurs pilotes de la Germanwings et était une bonne personne ayant le sens de l'humour : « Il était très fiable. J'étais sûr à 100% qu'ils (les membres de l’équipage) ont fait de leur mieux ». « Je le connaissais très bien, c'est le meilleur, il était très expérimenté ».


La grand-mère de Patrick a noté que son petit-fils rêvait de devenir pilote depuis son enfance. Elle déborde d'amertume et d'indignation : « Il est mort, tout ça à cause d'un idiot qui a tué tellement de gens. Je n'arrive pas à le comprendre ».


Le sténogramme de la boîte noire retrouvée sur les lieux du crash de l'A320 a été rendu public. Il révèle que jusqu'au bout le commandant de bord s'est efforcé d'ouvrir la cabine où était enfermé le terroriste. On entend sur l'enregistrement Patrick crier : « Ouvre cette foutue porte ! ».


Reproduction autorisée avec mention :


Michel Garroté



  

Commentaires

  1. Bravo d'avoir rendu hommage à Monsieur Patrick Sondheimer.
    Pour Andreas Lubitz, enfoiré est faible... Mais je ne trouve aucun mot assez fort !

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire