J.-M. Le Pen crée un parti politique qui selon lui n’en est pas un




 

 
Michel Garroté  --  Hier après-midi j’écrivais (voir lien en bas de page) que « Le ‘judéophobe à vie’ Jean-Marie Le Pen pourrait par exemple, créer, d’ici 2017, un parti qui rassemblerait ses vieux compagnons de route et tous ceux qui ne se reconnaissent ni dans sa fille dédiabolisante, ni dans Florian Philippot le gay luron. Ce ne serait d’ailleurs pas la première fois que le FN connaîtrait des départs et une scission ». Quelques heures plus tard, Jean-Marie Le Pen annonçait la création d’une formation politique. Je jure que je n’en savais rien.

En effet, Jean-Marie Le Pen était hier soir l'invité de Radio Courtoisie. Voici quelques-uns de ses propos relayés en partie sur son compte twitter : « Marine Le Pen est devenue la prisonnière de gens qui se sont rendus indispensables. Pour Florian Philippot, Marine Le Pen n'est plus que quelqu'un dont on se sert. Je ne veux pas que le Front national devienne l'aile droite d'une majorité pour que Florian Philippot devienne ministre. Je suis attristé de cette situation. Je pense que Marine Le Pen a de grandes valeurs, de grandes qualités. Je ne vais pas créer un autre parti ».

Jean-Marie Le Pen : « Je vais créer une formation qui ne sera pas concurrente du FN. Un parachute contre le désastre qui recueillera ceux qui sont indignés par la ligne actuelle du FN dans le but de peser pour rétablir la ligne politique qui est celle qui a été suivie depuis des décennies. Je suis un poisson combattant, par conséquent, je me battrai tant que j'en ai la force. Il faut voter FN, il faut essayer de corriger les erreurs qui ont été commises dans notre propre camp. Il faut que Marion Maréchal Le Pen se présente. Je pense que Marine Le Pen devrait le faire également dans le Nord. Si Marine Le Pen retrouve les chemins de la liberté de penser, tout est encore possible. Je voterai pour Marine Le Pen en 2017 si sa ligne est celle du FN officiel ».

La formation de Jean-Marie Le Pen a pour but de peser lors du congrès extraordinaire qui se réunira d'ici trois mois. Il a également évoqué la possibilité de fonder une association des amis de Jean-Marie Le Pen, voire une structure de transition. Critiquant le vice-président du FN, Florian Philippot, « un énarque du ministère de l'Intérieur » chargé du « dynamitage du mouvement national », Jean-Marie Le Pen a encore accusé les « collaborateurs » de Marine Le Pen d'avoir « tiré le parti sur sa gauche ».

Selon le Figaro, cette formation envisagée par le président d'honneur du Front national devrait porter le nom d'Association des amis de Jean-Marie Le Pen. La structure, qui ne serait pas envisagée sous la forme d'un parti politique, ne sera aucunement liée au FN ni au Rassemblement Bleu Marine. Aucun accord ou alliance ne serait envisagé en ce sens au sein du parti frontiste. Le projet de Jean-Marie Le Pen n'a pas étonné le député européen Bruno Gollnisch, qui a confirmé au Figaro, avoir déjà échangé avec lui sur le sujet. Lui aussi confirme que le projet n'est pas envisagé dans l'esprit d'un parti politique concurrent. « Je l'ai même entendu l'exclure explicitement », précise Bruno Gollnisch en confirmant, par ailleurs, le souhait de Jean-Marie Le Pen de rassembler des sensibilités proches dans un courant de pensée fidèle à ses idées.

Reproduction autorisée avec mention :


   
   

Commentaires