Le chantage des Arabes de Judée-Samarie contre la FIFA







Confronté à une sacrée tempête, le président de la Fifa, Sepp Blatter, tente par ailleurs de trouver une issue favorable au conflit entre les fédérations des Arabes locaux de Judée-Samarie et d'Israël, afin d'éviter un vote embarrassant sur une suspension d'Israël, vendredi 29 mai 2015, lors du 65e congrès.


Les Arabes locaux de Judée-Samarie, membres de la Fifa depuis 1998, souhaitent que la FIFA suspende la fédération israélienne, soi-disant « coupable », selon eux, de complicité avec les « agissements » des autorités israéliennes liés à la présence de Juifs Israéliens dans les Territoires disputés.


Ils reprochent à la fédération israélienne ne pas dénoncer les restrictions qu’imposerait soi-disant l’armée israélienne aux déplacements de joueurs arabes ou de tolérer les soi-disant « dérives racistes » anti-arabes dans les stades israéliens.


Alors que la Fifa est ébranlée par un séisme judiciaire avec l'arrestation à Zurich de sept de ses membres, accusés de corruption, Blatter prend le temps de recevoir le président de la Fédération des Arabes locaux de Judée-Samarie, Jibril Rajoub. « Nous avons eu une réunion de près d'une heure avec Blatter et des discussions constructives », raconte Rajoub. « Nous resterons ouverts jusqu'au dernier moment » à des propositions, prétend-il. « Tout est possible, tous les scénarios sont ouverts », allègue-t-il.


Les discussions se poursuivent en coulisses afin de sortir de l'impasse, faute de quoi la résolution 15.1 sera soumise au vote des 209 membres du Congrès de la Fifa. Seuls les Arabes locaux de Judée-Samarie peuvent « retirer la demande de suspension d'Israël de l'ordre du jour », explique un porte-parole de la Fifa. « Il faut ensuite 75% des voix au congrès pour suspendre Israël ».


Pour éviter d'en arriver là, Blatter n'a pas ménagé ses efforts. Il s'est ainsi rendu il y a dix jours en Israël et en Judée-Samarie, pour y rencontrer le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu et le leader du Fatah, Mahmoud Abbas.


Il n'a cependant pas réussi à convaincre les Arabes locaux de Judée-Samarie qui ont rejeté ses idées, y compris une idée acceptée par Netanyahu : un match de la paix entre les deux sélections. Les Arabes locaux de Judée-Samarie dénoncent le comportement soi-disant « raciste » d'Israël à leur encontre, et la création de cinq clubs dans des communautés juives des territoires disputés, clubs qui participent - naturellement - aux championnats nationaux israéliens.


Les Israéliens dénoncent - à juste titre - la politisation du football. Ils rappellent qu’ils sévissent contre le racisme (lorsqu’il existe réellement), ce que ne font pas les Arabes locaux de Judée-Samarie qui demeurent radicalement antisémites. Le football des Arabes locaux de Judée-Samarie livre ce combat pernicieux en même temps que le Fatah mène une vaste offensive propagandiste contre Israël à l'ONU, à l’OMS, à l’UNESCO et devant la Cour pénale internationale.


Blatter estime qu'Israël ne peut être suspendu car il n'a pas violé les statuts de la Fifa. Blatter a clairement signifié que, selon lui, la Fifa devrait rester à l'écart. Il s'est inquiété d'un dangereux précédent qui donnerait des idées à d’autres pays.


Reproduction autorisée avec mention :



     
Lire également :


Jibril Rajoub se sert du sport pour promouvoir la terreur et le meurtre de Juifs
 
http://coolamnews.com/jibril-rajoub-se-sert-du-sport-pour-promouvoir-la-terreur/ 

    
    

Commentaires