Mahmoud Abbas, terroriste « modéré » depuis plus de quarante ans







Le 2 décembre 2014, le Mouvement des étudiants pour Israël a écrit au ministre israélien de la Défense afin que soit reconnue la responsabilité de Mahmoud Abbas (alias Abu Mazen) qualifié de « ministre des finances du terrorisme » lors de ces Jeux olympiques en 1972 (voir liens vers sources en bas de page). « Après ce terrible massacre des onze athlètes à Munich, le gouvernement israélien dirigé par Golda Meir s'est voué pour que tous ceux impliqués dans ces faits rendent des comptes et a adopté des mesures pour que soient jugés les terroristes impliqués dans l'organisation et la réalisation de l'attentat. Cependant, pour des raisons politiques, le responsable du financement de ce massacre, Abu Mazen (ndmg - Mahmoud Abbas, aujourd’hui « Président » de « l’Autorité palestinienne ») n'a pas été officiellement reconnu par l'Etat d'Israël comme un de ceux impliqués dans la promotion du massacre », a déclaré Eliyahu Nissim, président de ce Mouvement, en décembre 2014.


Et Eliyahu Nissim d'ajouter : « Depuis quelques mois, nous avons réuni les preuves indubitables de l'implication d'Abbas dans ce terrible massacre qui a été effectué par l'organisation Septembre Noir, créée à l'initiative du Fatah d'Arafat, et Abbas en a assuré le financement. En fait, l'implication d'Abbas dans cet attentat terroriste est bien connue du public et des familles des victimes. Voici quelques années, Ilana Romano, veuve de Yosef Romano, un des onze qui ont été assassiné à Munich, a dit lors d'une interview au Yediot Aharonot qu'elle détenait une cassette dans laquelle Abbas admet son implication dans le meurtre des athlètes. Après plusieurs années de suivi, nous savons qu'Abbas était le « ministre des finances » du meurtre de Munich et celui qui a amené l'argent depuis l'Arabie saoudite pour financer cette opération. Si le ministre de la Défense a le moindre doute sur l'implication d'Abbas dans le massacre des athlètes israéliens, nous devons saisir la chance de la prouver et de présenter les preuves ».


Eliyahu Nissim poursuit : « Même s'il y avait des doutes dans le passé, ceux-ci ont disparu au fil des années quand des détails sur ce massacre et ceux qui y étaient impliqués ont commencé à s'accumuler jusqu'à fournir une image très claire de l'histoire vraie. Maintenant, nous demandons seulement une reconnaissance formelle de ce qui est connu et clair pour tous. Il n'est jamais trop tard pour la justice. Abbas continue d'inciter au terrorisme et de le financer de manière régulière. Malheureusement, le gouvernement israélien lui permet de porter un chapeau différent chaque jour, comme il le veut - un jour le chapeau du terroriste, un autre jour celui du modéré. Il est temps de voir la réalité en face et de se souvenir qu'Abbas n'est pas seulement impliqué dans le terrorisme et le financement de ce dernier actuellement, mais aussi depuis 45 ans. Nous envisageons aussi la possibilité de saisir la Haute Cour et de lui présenter les preuves de l'implication d'Abbas dans le massacre de Munich ».


Au cours des dernières années, les liens étroits entre Abbas et Abu Daoud, « cerveau » de cet attentat terroriste palestinien ont été soulignés. Abbas a loué Abu Daoud : « Il était l'une des figures leaders du Fatah et a consacré sa vie à la résistance, à un travail sincère, et au sacrifice physique pour les justes causes de son peuple ». Directrice du Shurat Hadin Israël Law Center, l'avocate Nitsana Darshan-Leitner a, elle aussi, démontré comment Abbas a organisé le financement de cet attentat à Munich (voir liens vers sources en bas de page).


Abbas a été imposé à Israël comme « interlocuteur valable » par l’Occident, les pays arabes et l’ONU. Peut-être qu'un jour Israël sera gouverné par des femmes et des hommes qui auront le courage de déclarer qu’on ne négocie pas avec un terroriste.


Michel Garroté


Sources :





   
    

Commentaires