L’extrême gauche vecteur principal de l’antisémitisme



 

 
Michel Garroté  --  Je reproduis ci-dessous un entretien du site Internet Boulevard Voltaire avec notre ami l’avocat et essayiste Gilles-William Goldnadel, entretien à propos de l’extrême-gauche et de l’antisémitisme en France aujourd’hui (lien vers source en bas de page).

Boulevard Voltaire - Des membres du NPA ont agressé deux personnes de confession juive lors d’un collage le 3 mai. Dans le même temps, on apprend que la plaque d’Ilan Halimi, victime de la barbarie et de l’antisémitisme, a été dégradée à Bagneux. Que pensez-vous de ces deux événements ? Faut-il les lier ?

G.-W. Goldnadel - J’ignore si les deux phénomènes sont liés. Ce que je sais et que je répète inlassablement, c’est que l’extrême gauche est aujourd’hui le vecteur principal de l’antisémitisme actuel. L’antisémitisme gauchisant n’a rien de nouveau. Jules Guesde avait pris position contre Dreyfus, par détestation de la bourgeoisie. Aujourd’hui, l’antisionisme islamophile fait bon ménage avec la concupiscence avec laquelle les mouvements trotskistes regardent un lumpenprolétariat à embrigader dans les banlieues. Ces idiots utiles ne comprennent même pas qu’ils n’ont plus suffisamment de magistère intellectuel pour séduire les islamistes qui les utilisent. Cet antisémitisme est d’autant plus virulent qu’il ne fait l’objet d’aucune contestation morale, politique et médiatique véritable par une prétendue élite toujours sous influence gauchisante, qui demeure obsédée par une extrême droite qui a modéré sa judéophobie historique, au grand dam de ceux qui frissonnent avec nostalgie dans le souvenir des petits matins bruns. Pour ne parler que du NPA, celui-ci n’a eu à encourir aucune sanction, en dépit du fait qu’il avait maintenu sa participation à des manifestations pro-palestiniennes radicales qui avaient débouché, comme prévu, sur des violences antijuives inédites.

Boulevard Voltaire - Pensez-vous que le plan Valls contre le racisme soit mort-né ?

G.-W. Goldnadel - On ne combat pas ce genre de fléau avec l’esprit Charlie, des phrases creuses, du prêchi-prêcha, tout en expliquant, de manière schizophrénique, que les saignées de janvier résultent d’un apartheid social et ethnique.

Boulevard Voltaire - Quelles mesures le gouvernement devrait-il prendre pour rassurer la communauté juive en France ?

G.-W. Goldnadel - Il faut savoir ce que l’on veut : si, comme Manuel Valls et Hollande le reconnaissent, l’antisémitisme actuel découle de la haine d’Israël, on en tire toutes les conséquences politiques et médiatiques. Je parle du dénigrement systématique, pathologique, obsessionnel, disproportionné. Cela n’a rien à voir avec la libre et légitime critique de la politique israélienne comme on feint de le croire. Mais ce dénigrement est tellement ancré profondément que je suis très pessimiste sur la capacité de beaucoup à seulement comprendre ce que je veux dire.

   

Commentaires